Asie Sri Lanka

Impressions sur le Sri Lanka

Durant notre voyage, le Sri Lanka nous apporta beaucoup de souvenirs et d’expériences. Ce fut la première fois que je baroudais en Asie et ce fut une belle découverte !

Comme pour chaque pays, des commentaires, des clichés ou des stéréotypes sont émis, mais ce sont mes propres impressions qui comptent à la fin. Dans cet article, vous retrouverez certaines choses qui m’ont marquées à propos de la perle de l’Inde.

Un peu d’histoire en guise d’introduction

Le pays est en pleine redécouverte touristique et économique depuis quelques années suite à de nombreux bouleversements, raisons pour lesquelle les voyageurs ne s’aventuraient pas vers cette magnifique île de l’océan Indien.

Ainsi, le pays vit de profonds changements s’opérer suite à la guerre civile qui opposa le gouvernement sri lankais, dirigé par la majorité cinghalaise bouddhiste et aidé par l’Inde, au mouvement des Tigres de libération de l’Ilam tamoul (LTTE), une organisation indépendantiste tamoule et placée par certains pays sur la liste officielle des organisations terroristes.

Durant 26 ans, soit de 1983 à 2009, ce conflit initié pour diverses raisons (indépendance des tamouls au nord de l’île, mise en cause des religions différentes, gouvernement que cinghalais, etc.) causa de nombreux morts (les chiffres se situent entre 80’000 et 100’000). Par l’arrêt de la guerre, suite à la mort du leader historique des LTTE, ces deux communautés vivent dorénavant ensemble, sans heurts, mais l’ultime réconciliation ne semble pas encore prévue pour cette décennie.

Religions

Plusieurs ethnies se partagent le territoire ! L’origine de ces communautés remontent à leur religion. On dénombre près de 70% de bouddhistes, majoritairement des Cinghalais, 13% d’hindouistes, religion des Tamouls, 10% de Musulmans et finalement les Chrétiens avec 7% de la population.

Temple d’Or bouddhiste de Dambulla

De par l’histoire du pays, j’étais étonnamment surprise, lorsque je me renseignais sur le pays avant le voyage et par les récits de mes amis, de découvrir que toutes les communautés religieuses vivent ensemble et ce, dans une soi-disant réelle tolérance à l’égard de la foi de l’autre. Je trouvais cela quelque peu utopique, toutefois je me suis dit qu’ils avaient appris de leurs « erreurs » de la guerre civile et qu’ils voulaient apaiser le pays pour lui redonner son éclat d’avant-guerre. Naturellement, dans ce genre de conflit, la religion est un aspect utilisé politiquement, c’est un moyen de monter les uns contre les autres et non une finalité dans une guerre. Tout est politique…

Durant notre séjour, et de par les déclarations de notre chauffeur, j’ai ressenti le fait qu’effectivement ils se respectent et vivent dans la paix. Certains endroits sont habités majoritairement par une religion (surtout des villages musulmans), mais tous se côtoient sans problèmes.

Ascension de l’Adam’s Peak, très importante pour les diverses religions

Cependant, comme nous ne sommes pas passées par les principales villes du pays, soit Colombo et Kandy, nous avons eu accès à cette idyllique idée par l’image que renvoyaient les campagnes, bien plus calmes que les agglomérations où la situation actuelle s’est dégradée depuis quelques années. En effet, depuis mi-2017, la réalité est moins enchanteresse dans ces pôles, avec une discrimination grandissante envers la collectivité musulmane du pays, suite à de nombreux heurts entre bouddhistes et musulmans. Et puis, Pâques 2019 fut cauchemardesque pour ce pays ! L’attentat envers la population chrétienne et touristique de l’île fut revendiquée par l’Etat Islamique, groupuscule qui instrumentalise la religion islamique. Malgré cet atroce évènement, j’espère de tout coeur que le pays saura se relever tout comme il l’a fait en 2009, afin que les habitants ainsi que les touristes se sentent en sécurité pour découvrir ses merveilles.

Pour le Sri Lankais, il est difficile de ne pas avoir de religion, ce sont des croyants et c’est pour eux important, quel que soit son attachement, d’avoir la foi. Nous avons d’ailleurs eu du mal à faire comprendre à notre chauffeur, qui est bouddhiste, que nous sommes athées par opinion personnelle. Il voulait absolument nous montrer tous les lieux sacrés de son pays, bien que cela ne nous intéressait pas particulièrement (en voir un par religion était intéressant mais plusieurs, cela devenait répétitif). Nous croyant chrétiennes, il nous emmena exprès à Nuwara Eliya admirer une église anglicane et ne comprit pas nos explications de ne pas ressentir la foi. Il blâma presque nos parents pour ne pas nous avoir inculqué cela. Qu’importe la foi de notre parenté ou non, que cela soit un choix personnel était encore plus hallucinant pour lui.

Observations des animaux

Les animaux font partie intégrante du pays et sont une des principales raisons pour laquelle le Sri Lanka m’apparaissait comme une jolie destination. Qu’ils soient en liberté ou dans des centres de protection, la faune sauvage du Sri Lanka se compose de nombreuses espèces.

Vous pouvez d’ailleurs retrouver ici, un article sur les conditions des éléphants. Le pachyderme étant l’attraction phare de l’île, le Sri Lanka regorge également de sympathiques singes de nombreuses espèces que vous pourrez retrouver partout, principalement vers les sites archéologiques !

Le Sri Lanka est également une destination safari où vous pourrez observer dans plus d’une dizaine de parcs, les éléphants, de nombreuses variétés d’oiseaux et même trois léopards dans celui de Yala.

Nous n’avons pas inclus dans notre itinéraire la visite d’un de ces parcs, chose qui, en y repensant, aurait pu être magnifique pour l’observation. Cependant, nous avons privilégié une excursion dans la forêt primitive de Sinharaja pour découvrir des animaux moins populaires (ahh vives les araignées…) et moins répandus sur l’île. C’est une expérience que je recommande vivement. Nous avons entrepris cette expédition avec la maison d’hôte Sinharaja Rest.

Comme dans de nombreux pays moins développés, l’on retrouve également des centaines de chiens vagabonds. Malgré mon grand amour pour ces adorables bêtes et bien que je me sois expressément vaccinée contre la rage, il m’était difficile d’aller à leur rencontre pour les câliner, de peur probable de me faire mordre ou lécher sur une plaie. Heureusement pour eux, ma chère acolyte de voyage dont l’amour pour les chiens est incommensurable et dont la peur est nulle, s’en allait à leur rencontre, naturellement en faisant attention aux signes que les loulous émettaient, et de ce fait, je pouvais ensuite en toute quiétude leurs faire de gentilles papouilles. Cependant, la seule impression que nous a faite toutes ces rencontres avec des chiens, est qu’ils manquent grandement d’amour et qu’ils sont tout joyeux de trouver quelqu’un qui joue volontiers avec eux.

Une scène quotidienne

Le jour se lève et une belle musique déchire le matin. Nous reconnaissons vaguement Für Elise, dans une version plus électro de la pièce musicale composée par Beethoven. Notre chauffeur nous explique que c’est la boulangerie. Comme ils n’ont pas de boutique officielle pour vendre le pain, c’est dans une sorte de tuk-tuk, que le boulanger déambule pour vendre ses petits pains. Il en va de même pour le marchand de poisson ou encore celui des glaces, ce qui est plus habituel pour nous puisque nous avons déjà vu des marchands de glace ambulants.

Photo prise sur ce site internet

Les échanges avec les Sri Lankais

Je recherche souvent dans mes voyages, le contact humain avec l’habitant, chaleureux et invitant au partage de sa culture et de son pays ce qui déterminera l’atmosphère, voire l’état d’esprit dans lequel je m’engage. Un simple sourire peut rendre le climat d’un endroit tellement plus agréable. Ainsi lorsque je voyage, j’aime observer autour de moi les panoramas, les animaux ou les gens afin de m’imaginer la vie qu’ils mènent, percevoir comment ils s’habillent et se coiffent, rient, mangent, etc. J’aime regarder tout particulièrement ce qu’ils dégagent à travers leur regard. Et puis, comme le déclara si bien le poète Georges Rodenbach, “les yeux sont une fenêtre sur l’âme”.

Naturellement, ce sont mes propres impressions qui sont décrites par la suite, de ce fait, elles sont totalement subjectives.

La première impression ressentie est celle de l’attention des hommes qui nous déshabillaient du regard à peine avions nous posé le pied sur le sol sri lankais. C’est un regard intimidant, déstabilisant, noir et profond mais qui parfois, est riant et sincère. De ce fait, il est assez difficile de cerner si la personne est honnête et cherchait à nous aider ou au contraire, nous jugeait ou se rinçait simplement l’œil. 

Indéniablement, ils sont curieux. Dans la plupart des hôtels, les jeunes grooms nous posaient toujours les mêmes questions, soit d’où est-ce que l’on vient, si le Sri Lanka nous plaît, si nous sommes mariées, etc. Bien que pouvant avoir une idée derrière la tête, je pense qu’ils ont un réel intérêt à parler avec nous puisque c’est une façon de pratiquer leur anglais, de découvrir et de s’ouvrir sur le monde !

En parlant de mariage, nous avons eu une conversation avec notre chauffeur dont je ne suis pas prête d’oublier. En voulant nous connaître un peu plus, il nous demanda directement si nos copains étaient d’accord de nous voir voyager loin de la maison sans eux. Voir deux jeunes femmes voyager comme nous le faisions était une première pour lui. Nous lui expliquâmes que nous n’avions clairement pas besoin de la permission de quelqu’un pour nous dicter quoi faire. En coupant le passage où nous tentâmes de lui expliquer notre vision de la femme indépendante, il répliqua en nous demandant quand nous comptions nous marier. De nouveau, nous étions un peu perplexes par rapport à sa question et nous déclarâmes que se marier n’était pas ce que nous envisagions dans notre futur, qu’il fallait déjà construire une relation stable et surtout que nous ne voyions pas le besoin de convoler pour une relation amoureuse. Je ne saurais décrire sa tête mais presque de manière déconfite, il renchérit : et les enfants, c’est pour bientôt ? A croire que à 20 ans, en tant que femme, nous inspirons seulement à cela. Pas besoin de vous expliquer notre réponse pour comprendre que nous étions en total décalage avec les mœurs sri lankaises et leur façon de vivre.

Mais franchement, nous rigolons encore de cette conversation avec lui et passé outre nos différences, cela nous a permis de lui poser des questions sur leur manière de voir la vie familiale qui est différente, bien entendu, selon les religions. Par la suite, il fut tout heureux de pouvoir nous montrer des photos de sa famille et de nous expliquer que les mariages arrangés ne sont pas communs au Sri Lanka, en tout cas, chez les bouddhistes ; qu’ils sont libres de pouvoir aimer qui ils veulent, bien que le divorce et les couples homosexuels ne soient pas encore convenablement acceptés dans leur quotidien.

Et puis, il nous afficha partout sur les réseaux sociaux !

Cependant, il y a également des vérités moins jolies comme celle d’un homme se masturbant sur une plage, en épiant une française que nous avons rencontré à Ella ou une autre de nos rencontres se sentant collée de plus en plus par un homme dans un bus public qu’un passager ait dû intervenir pour calmer ces ardeurs de voir une femme seule. Heureusement, nous n’avons pas personnellement expérimenté ce genre de réaction de la part des locaux, bien que lorsque nous prenions le bus, nous avons eu affaire à un homme extrêmement louche qui nous fixa pendant de longues minutes que je changeai de place pour me rapprocher de mon amie, tellement le regard devenait pénétrant. Par la suite, il descendit de l’autobus et comme nous nous trouvions dans les bouchons à la sortie de la gare routière de Galle, il continua à fixer le bus, soit nous, jusqu’à ce que nous soyons hors de sa vision. J’espère avoir mal vu, mais j’avais comme l’impression que sa main droite se rapprochait dangereusement de sous son sarong, là où sa virilité commençait à se dresser ; en pleine ville !

En outre, depuis le bus, si nous regardions par la fenêtre, de temps à autres, des conducteurs faisaient également quelques gestes obscènes avec leur bouche ou leur langue. Ce sont des comportements totalement inacceptables, qui nous rendirent furieuses, mais qui ne nous mit jamais en danger.

Vous pouvez lire que j’ai parlé que des hommes, puisqu’au Sri Lanka, visiblement ils sont partout ! Quant aux femmes Sri Lankaises, elles sont très discrètes. Malgré cela, elles sont de véritables rayons de soleil lorsque leurs visages s’illuminent pour nous saluer en retour suite à nos sincères sourires. Dans leurs yeux, j’y lisais de la curiosité ou du divertissement, de la douceur et surtout de la bienveillance.

Malgré cela, certaines d’entre elles souffrent ou ne se rendent pas compte de la pression sociale du pays. Par exemple, elle sera mal vue qu’elle fume en public, que ce soit pour son choix familial/académique ou pour choisir sa tenue vestimentaire, si elle s’habille de manière provocante, soit une tenue plus occidentale.  Elle ne fera que récolter des regards désapprobateurs, sûrement même des commentaires outrageux. La place de la femme est quasi inexistante, même si gentiment elles osent s’exprimer et s’affirmer.  

Pourtant, les choses commençaient à avancer au début 2018 lorsqu’une initiative luttant contre le sexisme, révoquait une loi datant de 1979 qui interdisait la vente de toutes boissons alcoolisées ou de travailler dans des établissements vendant ou fabricant de l’alcool aux femmes. Saluée par une majorité de la population comme un signe d’ouverture, les conservateurs s’étaient opposés à cette levée de l’interdiction ce qui vit la réforme annulée par le gouvernement. Leur motivation pour l’invalidation de cette réforme était que cela augmenterait la dépendance des femmes à l’alcool ce qui détruirait leur culture familiale… ou comment restée abasourdie par ce que je lisais !

Nous avons cependant rencontré, surtout dans les endroits où nous logions, des femmes émancipées et attachantes qui se confortaient très bien dans leur rôle d’hôtesse tout en participant plus aux tâches de la maison qu’à la gestion de leur commerce/hôtel. D’ailleurs, je fus profondément touchée par la matriarche d’une famille vers Hikkaduwa. Nous mangions dans son petit restaurant, situé au bord de la route et loin de toute civilisation mais à côté de notre hôtel. Ce restaurant à première vue ne payait pas de mine mais le festin fut délicieux et le service, par un homme, efficace. En partant, une femme souriante, sortie de nulle part, vint à nous en courant pour nous remercier, si je pense avoir bien compris ses signes, d’être venues dîner dans son restaurant familial. Bien que les Sri Lankaises soient avares en signe d’affection en public, cette femme me prit dans ses bras et ce bref instant me bouleversa. Un simple geste universel qui me transmit son investissement, ses émotions et son bonheur que nous soyons venues manger dans son restaurant et que nous ayons apprécié. Cela restera le moment le plus fort de ce voyage.  

C’était la première fois que je voyageais dans un pays avec des différences si énormes entre les hommes et les femmes, et de voir ce fossé entre les deux genres m’a vraiment interpellée, en tant que femme et surtout en fonction de mes valeurs, puisque je le ressentais réellement et non simplement par la diffusion d’idée à la télévision ou dans les livres. Il ne faut pas non plus oublier que ce que j’ai pu observer, s’observe également parfois dans notre société, en Suisse…

Je tenais simplement à éclairer sur la question de la femme qui voyage au Sri Lanka. Nous avons rencontré des voyageuses qui baroudaient seules et qui ne se formalisaient pas de tout cela. Personnellement, je ne me suis jamais sentie en insécurité, mais le fait d’être avec une amie renforçait sûrement ce sentiment. De plus, je suis bien consciente de toujours faire attention et de ne pas sortir la nuit dans des endroits reculés.

Le Sri Lanka a beaucoup à offrir à ceux qui saisissent l’opportunité d’y voyager. Racontez-moi vos aventures dans ce pays ou ailleurs en commentaires, je me ferais un plaisir de vous lire.

Leave a Comment

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.