Bern Suisse

Bern, à la découverte de la capitale helvétique

Pour un Zurichois ou un Genevois, à Bern le temps s’écoule plus lentement. Passant outre un cliché à la peau dure, il est vrai que l’empressement et la frénésie sont des paroles étrangères dans la capitale. Les Bernois déclarent naturellement qu’ils célèbrent un véritable « art de vivre ». Ils ont même leur propre adage pour leur ville : « Bärn i ha di gärn », ce qui pourrait se traduire par, « Bern, tu es dans mon cœur ». Et il faut bien le reconnaître, on se laisse porter à travers son bourg historique et on prend le temps d’apprécier ce que la ville et ses habitants ont à offrir.

Itinéraire à travers la capitale suisse

À peine à 1h30 de train de Vevey, nous commençons notre visite en nous dirigeant directement vers la vieille ville de Bern en sortant de la gare (suivre le tracé du tram sur la gauche). Nous allons d’abord saluer nos dirigeants politiques qui siègent au Palais fédéral. C’est dans cet imposant bâtiment que se rassemblent nos élus. Une visite guidée est possible et gratuite, si vous souhaitez des renseignements, je vous laisse découvrir le site ci-joint : https://www.parlament.ch/fr/services/visite-du-palais-du-parlement

De l’autre côté de l’édifice, je vous conseille d’aller jeter un coup d’œil à la terrasse qui offre une magnifique vue sur l’Aar et le Gurten, la colline emblématique des Bernois. De plus, la Place Fédérale accueille souvent des manifestations que ce soit en été ou en hiver (on y retrouve par exemple le marché de Noël ou la patinoire) ou comme lors d’une de mes dernières visites, un mini tournoi de football.

Construite sur une presqu’île et inscrite depuis 1983 au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco, la Vieille ville est l’un des meilleurs témoins de l’urbanisme médiéval en Europe, selon les propos de Wikipédia. Baignée par l’Aar, le centre historique doit incontestablement ce caractère romantique à l’architecture et à sa longue rue pavée qui commence après la Käfigturm. Malgré cela, je trouve que le cachet de la ville tient principalement des mosaïques des toits qui, de loin, donnent une autre perspective de l’unité architecturale et qui me font penser à des cottages perdus sur une falaise britannique (vision que l’on peut imaginer en traversant le Pont du Kornhaus).

Käfigturm

Nous nous rapprochons de la vieille ville en apercevant la Tour de l’Horloge, la Zytglogge en dialecte bernois. Véritable porte d’entrée du bourg historique, il s’agit du plus vieux bâtiment de Bern. Sa particularité est son horloge astronomique construite en 1530 par Kaspar Brunner. Le spectacle, lors des heures pleines, en vaut la peine, puisque les figurines s’animent tour à tour pour finir en authentique parade. Vous pouvez la visiter (visite guidée) et jouir d’une vue plus rapprochée sur les toits de la vieille ville et de sa longue rue pavée.

Après avoir admiré cette porte, on se laisse ensuite contempler la longue promenade qui serait une des plus longues commerçantes couvertes d’Europe. Plus de 6 kilomètres d’arcades enchantent les amateurs de shopping. Il y fait bon de flâner dans les échoppes qui ne sont, pas toujours à portée de vue, puisque beaucoup de commerces se sont développés dans des « caves ». Cependant, si vous recherchez un grand centre commercial, dirigez-vous au Westside qui se situe à l’ouest de la ville. Prenez le tram numéro 8 à la gare et sortez au terminus (arrêt Bern Brünnen Westside). Profitez de leur offre incluant shopping et bain thermaux.

Agréable de se promener dans la Vieille ville, surtout le dimanche, nous avons continué jusqu’à la Collégiale, la basilique gothique de la capitale, point d’orgue des promeneurs et des touristes. Durant la semaine, il n’est pas rare d’y croiser des fonctionnaires prenant leurs dîners sur la jolie place, aménagée avec des tables et des chaises de couleur rouge vif, des travailleurs qui également en été, ne peuvent mieux rêver que d’aller plonger dans les méandres de l’Aar lors de leurs pauses de midi ou simplement se détendre sur la terrasse de la Collégiale à quelques pas. On s’y sent bien là-bas. Tendrement baptisée «Pläfe» par les bernois, plusieurs activités s’y prêtent : pique-niquer, jouer à la pétanque, faire du ping-pong, se détendre sur un banc ou sur la terrasse self-service du café Plattform ou simplement contempler la magnifique vue sur l’Aar et les environs !

Image publicitaire tirée du site internet de l‘office du tourisme de Bern
Un ascenseur permet de descendre au bord de l’Aar

La cathédrale de Bern est le plus impressionnant monument de style gothique tardif de la ville mais c’est surtout l’église la plus grande et la plus importante du Moyen-Âge en Suisse. Le clocher domine les toits de la vieille ville et est le plus haut de Suisse. Cela permet d’offrir une magnifique vue sur la ville et sur les montagnes, souvent encore enneigées, de l’Oberland bernois. Cela vaut la peine de gravir les quelques 344 marches. Evitez simplement de vous retrouver à midi, lorsque vous redescendez de la tour, dans la pièce où sont entreposées les cloches, puisque celles-ci sonnent la douzième heure de manière très assourdissante. Vous grimperez là-haut pour un tarif de 5 CHF.

Pour poursuivre la découverte de la ville, je conseille de traverser le pont de Kirchenfeld qui relie la Casinoplatz dans la vieille ville (juste à côté de la terrasse de la Collégiale) à l’Helvetiaplatz dans le quartier justement de Kirchenfeld. Après l’avoir traversé, nous descendons sur les rives du fleuve, pour admirer une des plus belles vues de la capitale. On peut se reposer un peu au restaurant Schwellenmätteli qui offre un coin agréable directement sur le fleuve et son écluse.

La promenade se poursuit le long de l’Aar pour arriver au BärenPark, le parc aux ours. À Bern, vous retrouverez physiquement cet ours omniprésent. Vous aurez l’occasion d’apercevoir Finn et Björk ainsi que leur fille Ursina.

Accessible à toute heure et gratuitement, les ours vivent depuis 2009 dans ce vaste enclos en pente au bord du fleuve et faisant face à la vieille ville. Présents depuis 1513, ils étaient jusqu’en 1857 dans la vieille ville sur la place encore appelée aujourd’hui Bärenplatz, la place aux ours, puis à la fosse aux ours (que vous pouvez apercevoir tout en haut du parc) et finalement au Parc.

L’ancienne fosse aux ourses

L’ours en tant qu’animal héraldique est un symbole important de l’identité de ce canton et de la ville. On le retrouve presque partout, symboliquement et physiquement, dans la ville, mais surtout sur le drapeau du canton de Bern. Provenant de l’ancien allemand « Ber », la ville fut nommée Bern selon la légende qui relate que le duc Bertold V de Zähringen aurait vaincu un ours et fondé la ville en hommage.

À ce point de la découverte de la ville, plusieurs opportunités s’offrent à vous. Vous pouvez vous diriger vers le Zentrum Paul Klee, que je me rappelle avoir visité plus jeune. On retrouve dans ce musée, la plus grande collection au monde des œuvres de l’artiste-peintre allemand, grande figure de la première moitié du XXème siècle.

Si vous pensez avoir déjà bien exploré la capitale et qu’il est temps d’apprécier une bonne bière sur le chemin du retour, vous pouvez revenir par le Nydeggbrücke, pont qui rejoint directement la vieille ville et ses nombreuses terrasses ou cafés.

Cependant, après une petite pause pour contempler nos nounours préférés, nous avons opté pour une destination qui offre un beau panorama sur la Vieille ville : le Rosengarten ou Jardin des roses en français.

Surplombant la boucle de l’Aar, ce parc spacieux offre calme et détente à celui qui les recherche. La roseraie est un véritable paradis pour tous ceux qui apprécient les fleurs, néanmoins, nous nous sommes aventurés vers cet agréable endroit pour découvrir la magnifique vue sur Bern. Nous avons grandement apprécié passer quelques heures dans ce jardin, véritable incitateur à jouir du moment présent. La terrasse du restaurant Rosengarten invite également à la détente et on s’y attarde volontiers pour capter les rayons du soleil ainsi que pour déguster ses délicieux (et onéreux) desserts, par pure gourmandise.

Au lieu de revenir par la vieille ville, nous sommes passés par l’autre flan de l’Aar, pour nous perdre dans des quartiers plus résidentiels, un lieu qui semble idéal pour vivre à quelques pas du centre de la capitale.

Avant de conclure cette charmante journée, vous pouvez vous diriger vers le charmant jardin botanique de l’université de Bern, situé juste à côté de l’Aar. Fidèle à la représentation des jardins botaniques, celui-ci n’échappe pas à la règle de proposer de jolis endroits bucoliques et des plantes du monde entier sur plus de deux hectares. C’est un endroit agréable pour se reposer après une journée à trotter dans la ville.

Finalement, nous avons terminé notre ballade de la capitale par savourer une bonne bière et déguster une glace à la terrasse de la brasserie Chez Edy à deux pas du Palais Fédéral. C’est une adresse que je recommande. C’est un excellent endroit pour observer la population plus âgée de la capitale qui joue aux échecs ou au morpion et qui n’a pas fini de débattre sur le monde, et ce, dans un suisse allemand pour une fois compréhensible.

J’ai gagné …

P.S. : Avis aux amatrices ou amateurs de football, mais surtout de frites :

Pour le moment (car je n’ai pas encore goûté celles de tous les stades suisses), les meilleures frites à déguster lors d’une partie de football sont au Wankdorf.

Alors n’hésitez pas, allez soutenir YB ou un autre club dans le Stade de Suisse afin d’y déguster des bonnes frites avec leur ingrédient secret qui donne ce petit plus bien délicieux.

Indice ? C’est une épice de couleur rouge qui vient de Hongrie,

Leave a Comment

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.