Asie Sri Lanka

A la découverte du sud du Sri Lanka

Quand je prépare un voyage, je vais toujours «stalker» les photos du pays ou de l’endroit en question sur les réseaux sociaux et principalement sur Instagram, dans l’espoir de découvrir des endroits hors des sentiers battus. Il y a tellement d’endroits dans le monde qui sont passés de singulières activités à des lieux viraux à visiter durant son voyage. Quelques populaires Instagrammers ou Bloggers exposent un simple endroit et puis, petit à petit, il devient un passage incontournable lors de la visite du pays !

Et c’est exactement la raison pour laquelle, nous nous sommes rendues à cette fameuse corde à Dalawella Beach, au sud du Sri Lanka à côté de la populaire petite ville d’Unawatuna. La location exacte est, à vrai dire, juste en face de la guesthouse qui se nomme Pearly’s Dream Cabana. D’ailleurs, une amie y a séjourné quelques nuits lors de son voyage et nous l’avait vivement recommandé.

Cependant, nous avions choisi un bel hôtel, à première vue, situé juste à côté de la corde (nous sommes vraiment tombées par hasard sur la corde en nous promenant pour être honnête), le Rock Fort Hotel & Spa, que nous ne recommandons absolument pas. Pas besoin de s’étaler sur les détails, simplement ne vous y risquez pas…

Ainsi, le fils de la propriétaire Pearly, nous raconta que la famille a construit cette corde au départ simplement pour s’amuser. Il nous expliqua qu’au début du succès de l’activité, ils laissaient les gens se balancer sur la corde gratuitement puis, dès mars 2017, ils ont commencé, à juste titre je trouve, à faire payer 500 roupies (ce qui fait environ 3.00 CHF) pour l’utiliser et ce autant de fois que nous le voulions. Ce petit frais aide la famille à maintenir l’entretien de la corde. D’ailleurs, nous étions venues le matin et il nous avait conseillé de revenir au coucher de soleil car l’endroit était encore plus magique à ce moment de la journée. C’est ce que nous fîmes, sans avoir besoin de repayer, puisque les gars du coin nous avaient reconnues. Très accueillante et bienveillante, la famille de Pearly propose également quelques mets à déguster ainsi que des bières et jus de fruits. En outre, ils donnent volontiers des conseils sur la vie locale et adorent faire connaissance avec les voyageurs pour pratiquer leur anglais.

Malgré sa notoriété, lors de nos deux passages, peu de personnes vagabondaient dans les alentours ce qui permit également de se dire que nous avions trouvé un endroit secret et intime pour apprécier la beauté du coucher de soleil, entourées d’une ambiance paisible et familiale et surtout de chiens, ce qui nous réjouissait le plus ! De plus, nous avons passé quelques minutes à essayer d’apercevoir les tortues sortir la tête hors de l’océan. Il faut bien scruter l’horizon, car ce mouvement de tête est fugace puisqu’il ne dure même pas une seconde.

S’aventurer au-delà de la corde

Lors de notre premier passage dans la matinée, nous avions continué notre chemin pour aller jusqu’à Wijaya Beach (à 2 minutes seulement de la corde), pour passer la journée à la plage. C’est la seule plage des environs (hormis Unawatuna Beach, mais l’océan était beaucoup trop agité quand nous y étions), qui a un récif protecteur ce qui crée un lagon et assure une baignade en toute sécurité. De belles et grandes tortues s’aventurent également dans ces eaux, surtout lorsqu’un habitant vient les nourrir avec des algues.

Nous avons dîné au Wijaya Beach restaurant qui propose énormément de plats européens et asiatiques ce qui le rend célèbre dans le voisinage. Et puis, j’y ai mangé le meilleur curry de ma vie !

Nous avons ensuite poussé un peu plus loin notre exploration par la plage, où justement celle-ci est déserte et tranquille pour se reposer loin de l’agitation des touristes et des enfants. En se promenant, nous avons aperçu une deuxième corde qui n’avait, cependant, pas la même atmosphère que la première.

Fort confortable ce livre de droit international public

Unawatuna est aussi un endroit parfait pour décompresser festivement que ce soit sur la plage ou encore dans les méandres des rues. C’est l’occasion parfaite pour boire des tonnes de bière du Lion en compagnie de personnes rencontrées lors du voyage ou encore avec des locaux sympathiques.

Galle, voyage dans le temps

Lors d’une matinée, nous sommes allées à Galle, un endroit tout droit sorti du passé. D’abord sous influence portugaise, c’est véritablement sous l’ère néerlandaise que Galle se développa en devenant un comptoir. Cependant, suite à l’arrivée des Anglais et leur domination, la ville fut supplantée par Colombo qui devint le port officiel du pays.

Classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, l’ancienne cité coloniale hollandaise est parfaite pour se promener, se reposer dans un joli café ou encore parcourir les boutiques de la ville, telle figée dans le temps depuis l’arrivée des Anglais. Elle me fit beaucoup penser à Colonia del Sacramento, en Uruguay, la première ville coloniale que je visitai lors de mon voyage en Amérique du Sud.

Dans ce genre de cités, on remarque tout de suite, qu’elles ne sont pas tout à fait à l’image du pays. En effet, c’est également le cas à Galle, qui repose sur un cadre bien européen et qui ne ressemble aucunement au reste du pays ! Ou comment bien se rendre compte que les colons ne voulaient pas se mélanger aux « indigènes »…

À l’intérieur de ses remparts, Galle nous charme par son architecture, son ambiance détendue et ses ruelles bien droites. Un vrai petit cocon pour les habitants et les touristes. En dehors de cette enceinte, on retrouve le Sri Lanka que l’on parcourt depuis deux semaines : agité et toujours en mouvement, ce qui détone avec l’atmosphère presque sereine de Galle.

Le tourisme y est très présent avec de nombreux magasins qui vendent de tout, cette ville est un énorme point touristique pour le pays. Cependant, cela ne dérange en rien son charme éternel.

En une demi-journée, la visite du centre historique est pliée, ce qui fait que nous n’avions pas pris d’hôtel là-bas mais à Unawatuna, pour profiter de la plage et d’un repos bien mérité avant de rentrer dans la grisaille hivernale suisse.

Et franchement, quand la vie ne consiste à rien sauf en de longues promenades sur la plage et de merveilleux couchers de soleil, que demander de plus ?

Leave a Comment

*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.